En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte
Appelez-nous au : 09 53 95 19 20 du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Nouveautés

Toutes les nouveautés

Catégories

Fabricants

La toxoplasmose

Fiches Conseil EASYVETO

La toxoplasmose

        

Toxoplasma est un parasite dont l’adulte vit dans l’intestin du chat (et du chat sauvage et du lynx), dont les oeufs éliminés dans ses selles, et dont les larves sont situées dans différents organes, en particulier les muscles, des mammifères et oiseaux qui avalent les oeufs. Les larves traversent également le placenta des animaux et de l’Homme, pour provoquer avortements et malformations foetales.

L‘émission d’oeufs dans les selles débute 6 à 20 jours après l’ingestion par le chat d’oeufs (déposés sur le sol ou des végétaux : herbe…) ou de larves présentes dans les muscles de ses proies (souris, campagnol… ou viande crue de son repas). Les oeufs restent présents dans les selles du chat pendant une quinzaine de jours, avant d’être à nouveau présents en cas de baisse des défenses immunitaires du chat (nouvelle infection parasitaire, infection virale…). De ce fait, il est totalement illusoire d’espérer un diagnostic fiable d’une éventuelle infestation du chat, qui ne peut pas par ailleurs être vacciné contre ce parasite.

Les oeufs doivent séjourner au moins 24 à 48h dans le milieu extérieur avant de pouvoir se transformer en larve lorsqu’ils sont avalés par un mammifère ou un oiseau.

La litière du chat sera soigneusement nettoyée une fois par jour puis désinfectée (Javel) par une personne sans risque (mari…).

On supprimera toute distribution à l’état cru d’aliments d’origine animale : la simple capture, suivie d’ingestion, d’une souris pouvant être à l’origine d’une infection à Toxoplasma, il a été préconisé de mettre une clochette au collier du chat pour réduire ses facultés de prédation…

Une cuisson assez poussée de tous les aliments d’origine animale (en particulier les viandes de porc et de mouton) peut assurer la destruction des formes parasitaires éventuellement présentes : en France, où l’on apprécie particulièrement la viande saignante, les sérologies humaines vis à vis de la toxoplasmose sont beaucoup plus souvent positives qu’en Grande Bretagne, qui proportionnellement compte beaucoup plus de chats. La cuisson au microondes est cependant moins efficace, l’augmentation de température n’étant pas homogène au sein des aliments.

Une bonne hygiène des mains au moment des repas (et de toute prise de nourriture : fruits, cigarettes, bonbons…) pourra prévenir les contaminations par des oeufs de parasites présents dans les selles du chat, et aux bords de son anus et sous sa queue.

Tous les végétaux consommés crus seront soigneusement lavés, surtout s’ils sont susceptibles d’être pollués par de selles de chats (potager familial …) : un chat errant excréteur d’oeufs de Toxoplasma peut contaminer une surface de 2 à 3 km².

La présence d’un chat dans l’environnement des sujets à risque ne doit pas entraîner la séparation ou la mort du chat, mais seulement le respect de mesures d’hygiène simples pour éviter le contact avec les fèces du chat.