En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte
Appelez-nous au : 09 53 95 19 20 du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Nouveautés

Toutes les nouveautés

Catégories

Fabricants

La vermifugation du cheval

Fiches Conseil EASYVETO

La vermifugation du cheval

        

Les parasites digestifs se retrouvent sous différentes formes (adultes, larves, oeufs) et dans différentes parties du tube digestif, parfois dans d'autres organes. Ils peuvent être à l'origine de troubles très variés : troubles gastro-intestinaux, coliques, mais aussi problèmes locomoteurs ou respiratoires.

Leur connaissance permet de mettre en oeuvre un programme de lutte adapté au mode de vie et au stade physiologique de chaque animal.

Les différents parasites

Les strongles

Les chevaux s'infestent lors de séjour en pature, avec un pic d'infestation en fin d'été-début d'automne. Ils ingèrent les larves qui persistent plusieurs mois dans l'herbe.

  • Grands strongles : Au stade adultes, ils se fixent dans le gros intestin, et ont une action spoliatrice, irritante et peuvent être responsables de coliques graves. Au stade larvaires, les troubles sont fréquents et très variables selon les espèces.

La vermifugation passera donc par un traitement actif sur les larves et les oeufs, de préférence à l'automne.

  • Petits strongles et cyathostomes : Le stade pathogène des petits strongles est le stade L4. Les larves s'enkystent dans la muqueuse du gros intestin et du caecum, l'action irritante et traumatique est alors importante. Il peut être parfois difficile d'éliminer les larves enkystées, certains chevaux peuvent porter une charge massive de ces larves enkystées et présenter des troubles importants : retard de croissance, amaigrissemnt, coliques à répétition. Le desenkystement brutal des larves peut provoquer des troubles très graves, voire la mort.

Il sera donc important d'envisager une vermifugation avec une molécule active sur l'ensemble des stades, surtout sur les stades larvaires enkystés.

Les ascaris

Les ascaris affectent essentiellement les jeunes, dès 2 mois. Ils sont pathogènes au stade adultes, dans l'intestin grèle où on peut les retrouver en abondance ("anévrisme vermineux", obstruction, perforation), et au stade larvaires, les larves pouvant migrer dans les poumons (toux, dyspnée).

Ce parasite est très résistant dans le milieu extérieur, d’où un risque de recontamination pendant longtemps.

La vermifugation passera donc par un traitement précoce et fréquent, et une vermifugation efficace de la mère, afin de prévenir l'infestation du milieu et donc du jeune.

Les gastérophiles

L'adulte est une mouche qui pond ses oeufs sur le pelage du cheval. Celui-ci se contamine en se léchant, de la fin de l'été jusqu'à l'hiver. Les larves pathogènes se retrouvent alors dans l'estomac, provoquant pertes d'appétit et dans de rares cas ulcérations.

On préconise un traitement annuel, de préférence fin d'automne-début d'hiver. On veillera aussi à éliminer au maximum, par brossage, les oeufs présents sur les poils.

Les strongyloïdes

Spécifiques du très jeune poulain, ils sont à l'origine d'entérite aigüe avec diarrhée profuse. C'est la mère qui infeste le poulain lors de l'allaitement, par l'intermédiaire du lait et du colostrum, car le parasite se multiplie massivement au moment de la mise bas et les larves se retrouvent dans le lait.

La prévention de l'infestation passe par une vermifugation de la mère dans les semaines précédant le poulinage.

Le taenia

De la famille des cestodes, ils sont formés d'un scolex qui assure la fixation du ver par des ventouses à la paroi de l'intestin, et de nombreux segments formant une chaine. Lorsque les derniers segments se détachent, ils libèrent des oeufs que l'on retrouvent dans le gros intestin puis dans les crottins.

Les chevaux s'infestent en ingérant un acarien, l'oribate, qui contient les larves de taenias, et qui est présent dans l'herbe à partir de printemps.

Les symptômes observés lors d'infestation par le taenias sont ceux de coliques spamodiques

Le cycle parasitaire dure 3 à 6 mois, le pic de prévalence du taenia se situe donc entre octobre et janvier.

On vermifuge donc en hiver à la fin de la période d'infestation (premiers froids et disparition de l'oribate dans le milieu extérieur)

Principes de vermifugation

La vermifugation doit être réalisée régulièrement, 2 à 4 fois par an, de facon raisonnée en fonction du mode de vie et du stade physiologique de l'animal et des parasites à éliminer, selon les saisons.

Chevaux au box (2-3 fois par an)

Vider le box 2 jours après la vermifugation pour éviter la réinfestation. 

Entretenir régulièrement la litière, les mangeoires et abreuvoirs.

Vider les box avant chaque changement de cheval.

Chevaux au pré (4-6 fois par an)

Vermifuger simultanément tous les animaux vivant ensemble.

Vermifuger 2 jours avant un changement de pré.

Vermifuger tout nouvel arrivant 2 jours avant la mise au pré.

Réaliser des rotations régulières, l'idéal étant qu'une parcelle reste vide 3 mois.

Eliminer régulièrement l'herbe n'ayant pas été mangée.

Stade physiologique

  • Poulains : vermifuger dès 1 mois, puis tous les 2 mois jusqu'au sevrage. Le taenia ne se traite pas avant 4 mois.
  • Poulinières : leur bonne vermifugation est indispensable car une infestation parasitaire peut provoquer avortement, retard de croissance foetale, baisse de la qualité du lait. On les vermifugera 1 mois à 15 jours avant la mise bas, et 1 semaine à 10 jours après. Attention certains vermifuges sont contre-indiqués chez les juments gravides, surtout en fin de gestation.

Calendrier de vermifugation

Selon les principes vus précedemment, on pourra traiter ainsi :

  • Printemps : on éliminera les grands et petits strongles (adultes), les ascaris, les oxyures.
  • Eté : on éliminera les grands et petits strongles (adultes et larves), les ascaris et les oxyures.
  • Automne : on traitera en plus contre les larves enkystées des strongles, et les gastérophiles.
  • Hiver : on traitera contre les strongles, les gastérophiles et le taenia.

Pour chaque parasite et chaque stade parasitaire, il conviendra de demander conseil au vétérinaire afin de choisir la molécule la plus efficace.