En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte
Appelez-nous au : 09 53 95 19 20 du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Nouveautés

Toutes les nouveautés

Catégories

Fabricants

L’intoxication à l’antigel (éthylène-glycol)

Fiches Conseil CRAZYVETO

L’intoxication à l’antigel (éthylène-glycol)

        

L’intoxication à l’antigel n’est malheureusement pas anecdotique chez les chiens : tous les ans, plusieurs dizaines d’animaux sont victimes de cette substance, attirés par son goût sucré.

Les circonstances d'intoxication

L’éthylène-glycol est le principe actif de l’antigel. On le trouve dans les liquides lave-glaces des voitures, les liquides de refroidissement, les circuits de chauffage…

Logiquement, même si le risque existe toute l’année, les intoxications à l’antigel sont plus fréquentes en hiver !

L’antigel a une toxicité moyenne. La dose toxique étant de 10 ml par kg chez le chien, un chien de 20 kg devrait en consommer 200 ml (un grand verre) pour présenter des symptômes. Mais l’antigel a un goût sucré qui le rend très appétant et les chiens en consomment spontanément de grandes quantités…

Les symptômes

L’éthylène glycol a une action toxique directe sur le cerveau. Puis il est dégradé en d’autres molécules, toxiques pour le cour et les reins. Des cristaux se forment ensuite dans ces derniers, provoquant une néphrite aiguë, et endommageant les reins de manière irréversible.

L’intoxication à l’antigel se traduit par différents types de symptômes :

  • Des troubles nerveux : fatigue, ataxie (perte de l’équilibre et troubles de la démarche : le chien semble en état d’ébriété) puis dépression, coma et convulsions.
  • Des troubles digestifs : polydipsie (le chien a très soif et boit beaucoup), salivation, diarrhées et vomissements parfois hémorragiques.
  • Des troubles cardio-pulmonaires : augmentation du rythme cardiaque et du rythme respiratoire, halètements.
  • Des troubles urinaires plus tardifs : augmentation de la fréquence des émissions d’urine, puis blocage urinaire et éventuellement présence de sang dans les urines.

Les symptômes apparaissent rapidement après l’ingestion (entre 30 mn et 12 heures). Sans traitement, ils s’aggravent très rapidement et le chien décède en 24 à 48 heures. Certains chiens peuvent présenter des symptômes rapidement, puis sembler aller mieux cliniquement et voir leur état se dégrader rapidement après 72 heures, cette dégradation étant liée à l’installation d’une insuffisance rénale aiguë.

Une analyse d’urine (montrant la présence de cristaux d’oxalates de calcium) et une analyse de sang (montrant une acidose métabolique et une atteinte rénale) permettent de confirmer le diagnostic.

Votre vétérinaire peut également pratiquer une échographie des reins, voire une biopsie (prélèvement d’un petit morceau de rein pour une analyse des tissus) pour mettre en évidence les lésions rénales.

Le traitement

Comme pour toutes les intoxications, le traitement vise à :

  • Limiter la résorption du toxique. Si l’ingestion date de moins de 2 heures, le vétérinaire provoquera des vomissements ou pratiquera un lavage d’estomac du chien.
  • Accélérer l’élimination du toxique déjà assimilé (par des perfusions de glucose ou de bicarbonate de sodium).
  • Soutenir les grandes fonctions respiratoires et cardiaques et contrôler les signes cliniques (notamment les convulsions) par des traitements spécifiques.
  • Lutter spécifiquement contre les effets du toxique. Dans le cas de l’antigel, il existe un antidote, l’éthanol, administré le plus souvent par voie intraveineuse.

L’intoxication par l’antigel est une urgence médicale : l’antidote doit être administré le plus rapidement possible. Plus la prise en charge est rapide et meilleures sont les chances de survie. Même si vous avez l'impression que les symptômes régressent, consultez le vétérinaire afin de mettre en place des mesures de prévention contre l'installation de l'insuffisance rénale qui sera alors irréversible. 

Quelquefois, l’évolution de l’insuffisance rénale progresse malgré la mise en place rapide d’un traitement intensif et il est impossible de rétablir la sécrétion de l’urine. Le décès du chien est alors inévitable.

La prévention

  • Mettez hors de portée des animaux domestiques les produits contenant de l’éthylène-glycol.
  • Nettoyez immédiatement si de l’antigel tombe sur le sol (dans le garage ou sur les cailloux du jardin) lors de son utilisation. Soyez attentif aux fuites des voitures : un radiateur qui fuit peut laisser échapper de l’antigel !

Si vous soupçonnez une intoxication par l’éthylène-glycol, n’attendez pas l’apparition des symptômes, rendez-vous immédiatement chez votre vétérinaire.

Et chez les chats ?

Les intoxications à l’antigel sont possibles chez le chat, mais moins fréquentes, les chats étant moins attirés par le goût sucré que les chiens.