En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte
Appelez-nous au : 09 53 95 19 20 du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Nouveautés

Toutes les nouveautés

Catégories

Fabricants

L’hépatite de Rubarth

Fiches Conseil CRAZYVETO

L’hépatite de Rubarth

        

Regardez dans le carnet de santé ou le passeport de votre chien, à la page des vaccinations : votre vétérinaire peut cocher C, H, P, L ou R, ce qui correspond respectivement à une vaccination contre la maladie de Carré, l’hépatite de Rubarth, la parvovirose, la leptospirose ou la rage. L’hépatite de Rubarth est très répandue, mais dans la plupart des cas, elle passe inaperçue.

Qu’est-ce que l’hépatite de Rubarth ?

L’hépatite de Rubarth est une maladie contagieuse, due à un adénovirus canin de type 1 (CAV1). Le CAV1 est spécifique aux canidés (chiens, renards, loups, coyotes…), et le chien y est particulièrement sensible. Ce virus est relativement résistant et peut survivre plusieurs mois dans le milieu extérieur (dans les locaux, sur les brosses…).
L’infection par le CAV1 est rare dans sa forme clinique en France, cependant, 70% des chiens seraient porteurs d'anticorps. Lorsque des symptômes se manifestent, ils sont très polymorphes et peuvent toucher le foie, les reins, les yeux ou les poumons.
La mortalité est souvent élevée chez les très jeunes chiots, d’où l’intérêt d’une vaccination précoce et régulière.
La contamination peut être directe, d’un chien à un autre, ou indirecte, par contact avec de l’urine, de la salive ou des matières fécales infectées. Certains parasites comme les poux ou les puces peuvent également transmettre la maladie. De plus, les chiens après guérison peuvent rester contaminants pour les autres chiens pendant plus de six mois.
L’hépatite de Rubarth fait partie des vices rédhibitoires (voir la fiche correspondante). Le délai pour porter un diagnostic de suspicion est de 6 jours à partir de la date de livraison et le délai de garantie pour introduire une action auprès du tribunal d’instance est de 30 jours.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Le délai d’incubation (entre le moment où le chien entre en contact avec le virus et celui où il présente des symptômes) est de 3 à 6 jours.
Les symptômes varient selon la gravité de l’infection :

  • Dans la forme suraiguë, l’atteinte hépatique est foudroyante et la mort survient en quelques heures. Cette forme touche essentiellement les chiots de 2 ou 3 mois.
  • Dans la forme aiguë, le chien présente une diminution d’appétit, de la fièvre, des muqueuses pâles, une conjonctivite ou une uvéite (atteinte oculaire), de la toux, une douleur abdominale (atteinte rénale), des vomissements et de la diarrhée (atteinte digestive). Parfois le chien peut présenter une jaunisse (atteinte hépatique). La guérison se produit généralement en une dizaine de jours, sauf dans les cas les plus graves : le chien meurt alors après une phase de coma. Chez certains chiens, après guérison, persiste une opacité cornéenne pendant plusieurs semaines, connue sous le nom de « kératite bleue ».
  • La forme atténuée évolue sur environ deux semaines. Le chien présente une fièvre passagère, des symptômes digestifs et oculaires discrets. Une fois sur 2, les chiens qui attrapent le virus de l'hépatite de Rubarth développent seulement une pharyngite (inflammation du pharynx) ; celle-ci passe inaperçue, mais les chiens atteints sont quand même contagieux.
  • Il existe également une forme chronique dans laquelle les virus se multiplient au niveau de différents organes comme le foie ou les reins, se traduisant par une cirrhose (stade avancé de destruction du foie) avec apparition de liquide abdominal (ascite), perte de poids, insuffisance rénale…

Les formes asymptomatiques (inapparentes) sont les plus fréquentes : le chien est porteur du virus, et donc contaminant pour les autres, sans développer de symptôme.

Comment mettre en évidence l’infection ?

La recherche directe du virus (sur les urines du chien vivant ou sur des prélèvements de foie et de rate d’un animal décédé) est rarement effectuée en pratique. Certains laboratoires peuvent rechercher de façon semi-quantitative le virus à partir d’un échantillon de sang grâce à une technique de biologie moléculaire appelée « PCR ».
La recherche sérologique (mise en évidence des anticorps dans le sang) est réalisable, mais la présence d’anticorps n’est pas significative, en raison de la fréquence de l’infection par le CAV1.
Votre vétérinaire réalisera plutôt une prise de sang afin de doser différents paramètres qui traduisent l’hépatite (destruction des cellules du foie).

Un traitement est-il possible ?

Le traitement est uniquement symptomatique, visant non pas à éliminer le virus, mais à supprimer les symptômes et à prévenir les complications. La gastro-entérite est traitée par une réhydratation, des antidiarrhéiques, des anti-émétiques, des pansements intestinaux, des antiseptiques intestinaux… L’uvéite est soignée par des soins locaux anti-inflammatoires en pommade ophtalmique ou collyre. Il existe un traitement spécifique, rarement pratiqué, reposant sur l’utilisation d’un sérum homologue, mais il n’est efficace qu’au début de l’infection (pendant les 8 premières heures).

Quelle est la meilleure prévention ?

L’isolement des animaux malades est inutile, le virus pouvant être excrété dans les urines pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois après la guérison.
La meilleure prévention repose sur la vaccination. La primo-vaccination se fait à partir de l’âge de 7 semaines, en deux injections à un mois d’intervalle. Le premier rappel a lieu au bout d’un an. L’immunité conférée par le vaccin est excellente et persiste pendant plusieurs années ; un rappel tous les 2 ans est ensuite suffisant dans la plupart des cas. Cependant, pour des raisons pratiques, la valence vaccinale H étant comprise dans la plupart des vaccins, votre vétérinaire peut être amené à réaliser une injection par an.

Le vaccin est bien toléré et n’entraîne aucun effet secondaire. L’hépatite de Rubarth est aussi quelquefois appelée hépatite contagieuse canine. Grâce à l’efficacité de la vaccination, cette maladie est devenue rare. Elle se rencontre essentiellement chez les très jeunes animaux non vaccinés.