En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte
Appelez-nous au : 09 53 95 19 20 du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Nouveautés

Toutes les nouveautés

Catégories

Fabricants

Mon cobaye

Fiches Conseil EASYVETO

Mon cobaye

        

Vous avez l'intention d'adopter un cobaye ou vous l'avez déjà adopté, cette fiche vous guidera dans vos premiers pas avec ce nouveau compagnon pour instaurer de bonnes bases à une longue vie commune.

Le cobaye, ou cochon d'Inde, est un petit rongeur originaire d'Amérique du Sud. Son activité est crépusculaire à nocturne. Il a été importé en Europe au XVIe siècle. C'est un petit mammifère, sans queue, aux courtes pattes munies à l'avant de 4 doigts et à l'arrière de 3 doigts. La femelle pèse en moyenne 800 g et le mâle 1 kg. Son espérance de vie est de 6 à 8 ans. Il possède par demi-mâchoire une incisive, une prémolaire et trois molaires, ces dents poussant de façon continue durant toute la vie du cobaye. On distingue trois races :

  • Le cobaye anglais à poil court.
  • Le cobaye abyssinien avec des rosettes dans les poils ou épis, lui donnant un air hirsute.
  • Le cobaye péruvien ou angora à poil long et soyeux.

Il existe de nombreuses variétés de couleurs.

Où adopter mon Cobaye

On peut adopter un cobaye en animalerie ou chez un particulier. On aurait tendance à éviter les adoptions en animalerie où les conditions de vie sont parfois bien éloignées des besoins naturels. On peut trouver des cobayes chez des particuliers ; soit parce qu'ils souhaitent se débarrasser de leur compagnon pour des raisons pratiques (déménagement, mésentente avec un autre animal...), soit parce qu'ils ont eu une portée. En général, les animaux adoptés dans ces conditions sont un peu plus apprivoisés. Quel que soit le lieu de l'adoption, il faut vérifier que le cobaye ait un beau pelage, des yeux sains ne présentant pas de sécrétions, un nez propre sans croûte et un état d'embonpoint correct. Dans la mesure du possible, il est conseillé de regarder les incisives pour s’assurer de leur bon positionnement. On vérifie également sa réactivité : pas trop peureux, mais pas trop vif non plus. Lorsque l’on décide d’adopter un cobaye, il faut également réfléchir à l’implication financière de ce choix. Entre le prix du cobaye (de 15 à 40 €), de sa cage, du biberon, de la gamelle, des accessoires, de la litière et des aliments, il faut compter un budget de 150 à 300 €. Ensuite, il faut envisager en entretien une dépense d’une trentaine d’euros par mois (alimentation, litière, soins).

Conditions d'environnement

On choisit une cage au minimum de 80x60x35 cm, pour un cobaye, de préférence métallique, avec un fond plat et amovible. Comme litière, on opte pour un matériau non poussiéreux pour éviter les maladies respiratoires : de la paille, du foin de la sciure, ou mieux, du chanvre, renouvelée fréquemment et nettoyée totalement de façon hebdomadaire. On agrémente la cage d'un abri, d'un récipient alimentaire stable pour ne pas qu'il soit renversé et d'un biberon vertical. On peut laisser son cobaye en liberté dans la maison ou à l'extérieur dans un petit enclos ombragé sur l'herbe : il doit bénéficier d’au moins 2 heures dans la journée d'interaction avec son environnement et sa famille. La température idéale est de 18 à 21°C et dans tous les cas, supérieure à 10°, accompagnée d'une hygrométrie de 50 %. En hiver, on humidifie l'air sec des pièces chauffées, on évite les courants d'air et les variations de température brutales.

La vie du cobaye au quotidien

Le cobaye a un mode de vie crépusculaire et sa période d'activité débute en toute fin de journée. C'est à ce moment-là qu’il convient de lui consacrer du temps. Le cobaye est un animal social et a besoin de compagnie. Il est recommandé de disposer sa cage dans un lieu de passage (mais pas en courants d’air) pour qu’il puisse participer à la vie de la maison ; s’il est seul, il faut le sortir au moins 2 heures par jour et jouer avec lui. On peut lui fabriquer un petit parc mobile  pour qu’il puisse explorer son environnement sans créer de dégâts (attention c’est un rongeur !). Le cobaye est un animal social au tempérament placide, facile à apprivoiser bien que vite apeuré. On appelle la mère « une truie », le père, « un verrat », et très curieusement, les petits « des chiots » !

La bonne alimentation pour mon cobaye

Le cobaye est un herbivore strict qui a un comportement alimentaire particulier de coprophagie (on parle aussi de cæcotrophie). Il réingère ses petites crottes molles et humides (différentes des fèces normales), directement à la sortie de l’anus, ce qui lui permet de valoriser au mieux son alimentation en terme de protéines et de vitamine B. Ration alimentaire journalière :

  • Foin de bonne qualité à volonté.
  • 50 g matin et soir de fruits et légumes variés frais et crus (poivron, fenouil, céléri, endive, banane, kiwi, ananas...) à température ambiante.
  • 30 à 40 g par jour de granulés pour cochon d’Inde. Il est important de rationner votre cobaye afin qu'il mange autre chose que ses extrudés !
  • Complémentation en vitamine C tous les jours, directement dans la bouche, pas dans le biberon. Vous trouverez les vitamines adaptées au cobaye chez votre vétérinaire.
  • Eau propre : environ 100 ml par jour.

Les aliments interdits : pomme de terre, laitue, avocat, poireau, chou blanc, noix, noisette, sucreries, chocolat, produits laitiers, oeuf… Liste non exhaustive, demandez conseil à votre vétérinaire.

Comment prendre mon cobaye

La contention du cobaye doit être la plus douce possible. Pour les animaux calmes, il suffit de les prendre entre les mains ; pour ceux qui sont un peu plus craintifs, on les maintient d’une main sous le thorax et de l'autre sur l'arrière-train. On fera particulièrement attention aux femelles gestantes.

Les petits soins

La coupe des ongles est possible, quand ceux-ci sont trop longs. On utilise pour cela un petit coupe-ongles et on coupe la partie blanche de l’ongle, à 2-3 mm de la partie rosée ; la première fois, vous pouvez demander conseil à votre vétérinaire pour ne pas risquer de blesser votre compagnon. Il est contre-indiqué de baigner son cochon d'Inde : le stress de cette manipulation, l'humidité et le froid pourraient lui être fatals (ne surtout pas utiliser le sèche-cheveux). Le cobaye se toilette naturellement et si son pelage est terne, c'est souvent signe de maladie. Si vraiment le cobaye s’est sali, en se roulant dans la boue par exemple, il faut le nettoyer en utilisant un gant de toilette légèrement humidifié et bien le sécher dans une serviette éponge. Le sac périnéal (poche en dessous de l’anus) du mâle est parfois souillé par les copeaux de litière ou des excréments : il est possible de lui nettoyer avec un coton-tige imbibé d’eau. Le cobaye mue généralement deux fois par an. Pendant ces périodes, il faut le brosser tous les jours pour éviter qu'il n'ingère trop de poils. Le reste de l'année, on peut le brosser une fois par semaine, et davantage pour les animaux à poils longs.

La reproduction de mon cobaye

La femelle est pubère à l'âge de 6 semaines et le mâle à 8 semaines. Il est conseillé de ne pas les mettre à la reproduction avant l’âge de 4 mois. Les cycles de la femelle durent de 15 à 17 jours et la période fécondante dure de 24 à 48 heures, tout au long de l’année. Au terme d'une gestation de 65 jours, la femelle donne naissance à 2 ou 3 petits, pesant de 60 à 100 g, déjà pourvus de dents, de poils et les yeux ouverts (espèce nidifuge, les petits sont des miniatures des parents, très rapidement autonomes). La femelle possède une paire de mamelles. Le sevrage s'effectue environ à trois semaines d’âge. La femelle peut avoir jusqu'à cinq portées par an, ce qui est fortement déconseillé (3 maximum). Si elle n'a pas mis bas avant l'âge de 7 mois, les os du bassin se soudent, empêchant les mises bas ultérieures. Pour les mêmes raisons, même si elle a eu des petits entre 4 mois et 2 ans,  il faut arrêter la reproduction après l’âge de 18 mois-2 ans, elle ne pourrait plus les mettre au monde. Après la naissance, il faut éloigner le mâle car la femelle est très rapidement fécondante et deux gestations rapprochées lui seraient délétères. Après la naissance, il convient de déterminer rapidement les sexes des petits pour les séparer et éviter qu'il n'y ait de gestation entre frères et soeurs ou entre mère et fils. Pour cela, on compare la distance entre l'anus et la sortie de l'appareil génital : chez la femelle, cette distance est presque virtuelle et l'anus est extrêmement proche de la vulve ; chez le mâle, cette distance est beaucoup plus grande. Chez le mâle, le canal inguinal reste ouvert, les testicules peuvent ainsi « voyager » du scrotum à l'abdomen. La stérilisation du mâle ou de la femelle est possible. La technique chirurgicale est classique cependant le risque anesthésique, de par leur petite taille, est plus élevé que pour les chiens ou les chats.

Un nouveau compagnon ?

La seule espèce qui pourrait cohabiter avec le cobaye est le lapin : ils ont les mêmes rythmes de vie, les mêmes conditions de détention et des affinités à l'état sauvage. Il n'est pas impossible cependant que quelques bagarres éclatent. On peut mettre un chien en contact avec un cobaye mais exclusivement sous surveillance, un coup de croc est vite arrivé. En revanche, il est déconseillé de le laisser avec un chat, pour qui c'est une proie naturelle. Le cobaye aimant bien la vie en groupe, il est très facile et parfois souhaitable de lui trouver des compagnons. Si vous souhaitez adopter un couple, il faudra penser à stériliser l'un des membres après l'âge de deux ans, la gestation étant déconseillée chez la femelle au-delà de cet âge. Si vous avez une femelle, elle pourra rapidement adopter une autre petite femelle. Pour les mâles, il est conseillé de les adopter au même âge sinon, ils risquent de ne pas s'entendre. Si vous introduisez un nouvel animal, il est raisonnable de pratiquer une quarantaine c'est-à-dire une séparation pendant au moins une quinzaine de jours des deux animaux : ceci permet de voir si le nouvel arrivant n’est pas porteur de maladie et, en approchant progressivement les deux cages l'une de l'autre, de vérifier leur future bonne entente.

Le cobaye et mon vétérinaire

Il n'existe pas de vaccin pour lutter contre les maladies du cobaye. Nous vous conseillons cependant de consulter périodiquement votre vétérinaire pour s'assurer de la bonne santé de  votre cochon d’inde. Un chat ou un chien vivant dans la même maison qu'un cobaye doit être vermifugé quatre à six fois par an pour éviter qu'il ne transmette au cobaye des larves de ténia provoquant une maladie très dangereuse.

Le cobaye est un animal social qui a besoin de compagnie. Sa cage est grande et dans une pièce de vie ; on lui consacre quotidiennement un peu de son temps. Sa litière doit être de bonne qualité pour éviter les maladies respiratoires. On n'oublie pas de lui donner chaque jour son complément de vitamine C.