En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte
Appelez-nous au : 09 53 95 19 20 du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Nouveautés

Toutes les nouveautés

Catégories

Fabricants

L'échinococcose alvéolaire

Fiches Conseil EASYVETO

L'échinococcose alvéolaire        

 

Cette maladie touche particulièrement la Franche-Comté avec une dizaine de nouveaux cas par an.

Le cycle parasitaire du ténia échinocoque permet de comprendre la contamination humaine et la fréquence de la maladie chez le renard.

Le renard (ou autres carnivore, chien, chat…) renferme dans son intestin plusieurs centaines de vers parasites adultes sans en être dérangé. Chaque ver adulte élimine dans les matières fécales du carnivore une centaine d’oeufs par jour, et cela pendant plusieurs mois. Ces oeufs sont très résistants (il faut plusieurs mois de gel à –30° C pour les détruire) et restent sur le sol ou sur le pelage du carnivore après léchage. Tous les végétaux situés à moins d’un mètre du sol peuvent donc avoir été souillés par les déjections d’un carnivore parasité ou leurs éclaboussures.

Même si seulement 5 à 10% des renards sont parasités, un très vaste territoire est contaminé, et le cycle parasitaire peut se poursuivre lorsque un rongeur (surtout un mulot ou un campagnol, si fréquents dans notre région) avale un oeuf de parasite. Une larve en éclot, et va se loger dans le foie où elle prolifère, et détruit le foie à la manière du cancer. Le rongeur ainsi affaibli est une proie facile pour les prédateurs. La digestion du rongeur dans l’intestin du carnivore libère les larves qui deviennent des ténias échinocoques adultes en quelques semaines.

Malheureusement, l’homme peut avaler des oeufs de parasites comme le rongeur, et les larves se multiplieront en plusieurs années (jusqu’à trente) dans son foie. Le seul traitement possible sera alors une importante opération chirurgicale, ou une greffe de foie, si le diagnostic est posé suffisamment tôt.

Cette contamination peut être très facile compte tenu de la résistance des oeufs, et guette tout le monde.

La contamination peut se faire en manipulant un renard ou tout autre carnivore susceptible de chasser le mulot. Les animaux errants, et les renardeaux sont également des sources importantes de contamination.

On peut également ingérer des oeufs en consommant crus des végétaux souillés par les déjections des renards : fruits des bois, champignons, pissenlits, ou des légumes cultivés dans un potager non clos visité par un carnivore errant. Il faut à ce propos se rappeler qu’un chat peut chasser les campagnols dans les prés puis les oiseaux dans le jardin.

A défaut de traitement aisé et efficace de cette maladie mortelle, quelques mesures simples permettent prévention relativement facile :

  • Ne pas toucher d’animaux sauvages ou errants sans gants.
  • Ne pas boire d’eau trouvée dans la nature.
  • Après les avoir largement lavés, faire cuire (10 minutes à 60°, ou 1 minute à 100°) tous les aliments « sauvages » ou cultivés dans un jardin de zone rurale ou sub urbaine. La congélation, ou le vinaigre (pour les champignons) sont insuffisants pour tuer les oeufs.
  • Clore son potager.
  • Limiter le vagabondage et la chasse des chats et des chiens de la maison, ou les vermifuger tous les mois avec un produit actif contre les ténias.
  • Respecter une hygiène minimale vis-à-vis des animaux domestiques, en évitant les contacts trop intimes, en évitant de leur faire lécher vos assiettes, et en vous lavant consciencieusement les mains après les avoir manipulés.